.:: Bienvenue à Gwendalavir ::.
/! FORUM FERMÉ /!

Désolé mais vous arrivez trop tard ^^'

Nous espérons refaire un forum similaire, si cela se fait finalement,
nous l'indiquerons en page d'accueil.

Merci de votre compréhension.

.:: Bienvenue à Gwendalavir ::.

Un monde où vous entrez dans la légende, un monde où vous redevenez vous même .... Dessinateur, Marchombre, Mercenaires du Chaos, Pirates Alines ou même rêveur : qui serez vous ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bienvenue à tous les Alaviriens ! Si vous venez de vous inscrire, présentez vous !
Forum ouverts aux améliorations : venez en parler dans le forum d'Administration =)
La Quête du Couple Céleste est encore d'actualité : venez y répondre =)

Partagez | 
 

 La gazette (les numeros)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La gazette (les numeros)   Lun 14 Avr - 19:00

La gazette de Gwendalawir
N°1




Sommaire :

écrit par Eowyn Jil’Auyin

écrit par LaouriMil’Gaoto

écrit par Laouri Mil’Gaoto

écrit par Laouri Mil’Gaoto

écrit par Ileyna Loïs

écrit par Ileyna Loïs

écrit par vous nos lecteurs

ecrit par Ileyna Loïs et Laouri Mil’Gaoto

ecrit par Ileyna Loïs et Laouri Mil’Gaoto


Les nouveautes du forum :


Aucunes nouveautés à signaler !

Ecrit par Eowyn Jil’Auyin adminitrateur et créatrice du forum

Les nouveaux membres :


Dans cette rubrique, vous pourrez découvrir les nouveaux membres inscrit et une petite présentation d’eux.
Les trois derniers membres a s’être inscrit sont :

Protonus Mil’Flamis
Jilano
Kyo Kil’Sheedo


Protonus Mil’Flamis :



Protonus Mil’Flamis est un homme de 37 ans. Il appartient a la guilde des mercenaires du chaos. Cet homme d’un caractère méchant et in obéissant, a accompli a ce jour environ 150 contrats tous différents les uns des autres.
Il porte toujours sur lui 2 haches qui n’ont pas l’air commode, un marteau et des fioles de poisons.
Petit garçon très sage il a rencontré un jour un mercenaire et depuis ce jour, il n’eu qu’un rêve devenir lui aussi mercenaire du chaos au plus grand désespoir de ses parents. Il suivit un apprentissage très dur et aujourd’hui il fait partit de la guilde de ses rêves…..


Jilano :

Ce joueur ne c’est pas présenté.

Kyo Kil’Sheedo :



Kyo Kil’Sheedo est un jeune dessinateurs d’environ 23 ans. Il est du genre solitaire et déterminé. Il n’aime pas la compagnie des siens, et un mystère de la nature. On parle de lui comme étant à moitié un dessinateur solitaire et vagabond mais aussi comme aillant des poussés meurtrières. Un mélange de dessinateurs et de mercenaire. Mais d’après certains de ses rares connaissances il peut être d’un extrême gentillesse…quand il veut !!!
Il a toujours a ses côtés une chaîne meurtrière que sa mère marchombre lui aurait offert avant sa mort.
Kyo est né de parents fou amoureux l’un de l’autre : Ness nil'Sheedo marchombre et Reno kil'Nakin dessinateur de renom. Il a aussi une sœur qui se nomme Melawren. Mais bientôt le bonheur se transforma en cauchemar…Sa famille fut chasser de la cité et elle prit la fuite a travers le royaume. Les deux enfants grandirent et très vite devinrent des adolescents émérites. Leurs parents leurs apprirent à survivre et a manier les armes. Kyo se perfectionna plutôt dans le Dessin tandis que sa sœur elle suivait les traces de sa mère. Mais un jour, alors qu’il était tranquillement dans une prairie, une horde de raïs se jeta sur eux, tous combatterent sauf Kyo, pétrifié il vit ses parents mourir, et sa sœur les suivit de très près. Kyo a grandit avec ses horribles image en tête mais il devint avec un entraînement acharnée un dessinateur hors pair…


Article écrit part Laouri Mil’Gaoto modératrice et guerrière de ce forum.

Faune et flore


Dans ce premier numéro, nous allons vous parler : - de la rose

La rose :


Il n’est pas une fleur qui ne ressemble autant de passion que la rose. Reine des jardins et des bouquets, elle symbolise la beauté, le charme, l’amour. Venue de la nuit des temps, la rose présente mille formes, mille couleurs et s’accommode à toutes les situations, épanouissant ses corolles du printemps jusqu’à Noël.

L’histoire de la rose :

Il était une fois…C’est toujours ainsi que commencent les belles histoires : celle de la rose en est une. Une longue histoire qui remonte a la nuit des temps.
Si les Grecs et les Romains ont été les premiers à parler véritablement de la rose, on est presque certain que cette fleur existait bien avant que l’Homme fut Homme.
Composée de cinq pétales, elle vivait à l’état sauvage dans l’hémisphère Nord de notre globe. Il faut remonter au Moyen Âge pour voir apparaître, en Europe, les premières roses cultivées. Communes dans les pays du Moyen Orient, ce sont les croisés qui en furent les « importateurs ». On leur reconnaissait alors des vertus médicinales, mais la beauté de la fleur, et quelquefois son parfum, amenèrent nos aïeux a s’y intéresser de plus près.
Au 18éme siècle, quelques pépiniéristes, surtout français, commencèrent à semer puis à croiser leur résultats, dans le but de créer de nouvelle variétés.
C’est ainsi que sont nées les roses modernes qui décorent nos jardins.
Selon leur origine, ou leur forme, les rosiers sont classés en différents groupes…



Les différents types de roses :

LES ROSIERS GALIQUES :

Ce sont peut-être les plus anciens rosiers véritablement cultivés, dérivés de rosa gallica. De nombreuses variétés ont été produites mais sont aujourd’hui presque toutes disparues. Ces rosiers forment des buissons très ramifiés, aux fleurs peu parfumées et aux pétales allants du rose foncé au pourpre.

LES ROSIERS DE DAMAS :

Rapportés du Moyen Orient par les croisés, ces rosiers sont buissonnants, pourvus de branches souples à fleurs semi-doubles, rose plus ou mois foncé, très parfumées.

LES ROSIERS BLANCS :

Très proches de l’églantine sauvage (Rosa canina),les rosiers blancs sont arbustifs, à fleur rose pâle ou blanches et odorantes.

LES ROSIERS A CENT FEUILLES :

Appelée ‘Rose de Hollande’, Rosa x centifolia est née en Hollande au 17e siècle. Les tiges sont très souples et supportent difficilement le poids des fleurs. Ces derniers forment une boule, qui est creuse au centre, d’un rose plus ou moins foncé. Le parfum est capiteux.

LES ROSIERS DE PORTLAND :

On doit à la duchesse de Portland l’introduction en Angleterre de ces rosiers, dont il ne reste aujourd’hui que très peu de variétés. Ces rosiers ont l’avantage d’être remontants. Ils portent des fleurs semi-doubles à doubles, roses et très parfumés.

LES ROSIERS BOURBONS :

Née dans l’île de la Réunion, alors appelée île Bourbon, au début du 19e siècle, Rosa x borboniana présente des fleurs semi-doubles ou doubles, rose carmin foncé, parfumées.

LES ROSIERS THE :

Originaires de Chine, les rosiers Thé doivent leur nom au fait qu’ils étaient transportés dans des paniers ayant contenu des feuilles de thé, ce qui leur procurait une odeur très caractéristique. Ces rosiers sont peu rustiques, ce qui explique qu’ils aient pratiquement disparu.

LES HYBRIDES REMONTANTS :

Très populaires au siècle dernier, ils portent des fleurs cramoisies très parfumées. Leur port est assez raide. Ils ont pratiquement disparu au profit des hybrides de Thé.

LES HYBRIDES DE THE :


Nés du croisement des roses Thé avec les hybrides remontants, ils sont à l’origine de la plupart des variétés aujourd’hui cultivées. La première d’entre elles fut « La France », obtenue par un pépiniériste français, Guillot, en 1867

LES ROSIERS FLORIBUNDAS :

En croisant des rosiers polyanthas avec des hybrides de Thé, le Danois Poulsen obtint des rosiers aux nombreuses fleurs réunis en bouquets, malheureusement sans parfum. Les coloris sont extrêmement variés.

Voilà si vous voulez d’autres renseignements contactez Laouri Mil’Gaoto par mp

Article écrit par Laouri Mil’Gaoto modératrice et guerrière de ce forum.


Doc animaux :


Sur les traces du lynx boréal




Le lynx est le plus grand félin d’Europe. Il est difficile de l’observer dans la nature car c’est un animal rare et farouche. Les lynx sont généralement protégés mais les braconniers sont toujours là pour enfreindre les lois…


Un fantôme dans la forêt :

Sur son vaste territoire, un lynx parcourt chaque jour environ dix kilomètres. Discret, il laisse pourtant sur son passage des traces très personnelles.

Au petit matin, la neige fraîche est marquée de grosses empreintes de pas. Elles sont rondes avec 4 petites pelotes ovales autour d’une grande triangulaire. Il n’y a aucune trace de griffes sur le sol. L’animal les rentre pour marcher. Aucun doute c’est un lynx !

Un chasseur au regard perçant :

Le lynx se nourrit de proies qu’il tue lui-même. Il attaque parfois des animaux domestiques mais jamais les humains.

Le lynx consomme plus de 100 proies par an : des lièvres, des oiseaux, des rongeurs, des chevreuils, des insectes et même des renards. Il s’attaque surtout aux proies les plus abondantes ou aux animaux malades. En Suède, l’ours et le loup chassent parfois les mêmes proies que lui.

Le lynx guette sa proie dans la forêt. Il s’en approche le plus possible, face au vent. Puis en quelques bonds, il la terrasse. Il saisit les plus grosses proies a la gorge. Ses canines transpercent les artères et le larynx. La proie, étouffée, meurt rapidement.

Le lynx capture souvent des chevreuils. Il consomme d’abord les cuisses et les épaules. En un repas, il avale deux kilos de chair. Puis il cache ce qui reste sous des feuilles, de la terre ou de la neige.


Des petits lynx sous surveillance :



Dans les immenses parcs de Suède, certains lynx sont équipés de colliers émetteurs. Cela permet aux scientifiques de suivre leurs déplacements tout au long de l’année.

Les scientifiques ont ainsi appris que le mâle et la femelle lynx vivent sur le même territoire. Mais ils s’évitent presque toute l’année. En fin d’hiver, les lynx feulent pour s’appeler et se retrouver. Mais les scientifiques voient rarement le couple.

Le mâle rejoint la femelle et reste avec elle quelques jours. Ils se séparent après l’accouplement. Deux mois plus tard, les scientifiques repèrent que la femelle reste plus d’une semaine au même endroit. Ils savent qu’elle a mis bas.

Grâce aux signaux du collier de la mère les scientifiques retrouvent le tanière. Quand ils s’approchent la femelle s’éloigne en surveillant ses petits à distance Ils identifient chaque petit en posant une puce électronique sous leurs peaux.

A la fin de l’hiver suivant quand la femelle va avoir de nouveaux petits, les jeunes s’éloignent. Les scientifiques essayent alors de les retrouver. Ils les endorment et leurs posent un collier émetteur. Ils sauront ainsi où chaque jeune ira pour trouver son propre territoire.


Article écrit par Laouri Mil’Gaoto, modératrice et guerrière de ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gazette (les numeros)   Lun 14 Avr - 19:00

L histoire :


Dans la chaîne de montagne la plus haute du monde (l’Himalaya pour ceux qui l’ignorent), au fond d’une petite cuvette, il y avait une ville.
Mais une ville si petite et qui se fondait si bien dans son environnement (a savoir, la neige) qu’elle en devenait invisible. C’est pourquoi ses habitants vivaient en paix, loin du monde des Hommes, depuis des centaines d’années. Il faut dire qu’ils étaient tout petits aussi. Pas plus grand que la phalange d’un de nos doigts.
En dehors de leur taille, il y avait d’autres différences entre eux et les Hommes. D’abord, ils étaient parfaitement adaptés à la neige qui formait leur monde. Le froid n’avait aucune prise sur eux et tout, ou presque, était d’un blanc immaculé : leur habits, leur peau, leurs cheveux. Seuls leurs yeux dérogeaient à cette règle et apportaient une touche de couleur dans toute cette blancheur. Et quelle couleur ! Ils pouvaient décliner toute les teinte de l’arc en ciel, du jaune or au noir charbon en passant par l’indigo et le rouge carmin. Mais, ce qui les aurait rendu vraiment étrange à nos yeux d’humains, c’était incontestablement la paire d’ailes qui prenait naissance au niveau de leurs omoplates. Translucides avec de multiples reflets, elles étaient magnifiques !
Ces êtres hors du commun se nommaient les Sylphes.

Un jour, ou plutôt une nuit car ce fut lors d’une nuit que l’évènement se produisit, Il y eu une naissance. Rien d’anormal à cela, c’était quelque chose de naturel qui n’attirait normalement pas l’attention. Seulement, cette nuit la n’était pas une nuit normale. D’abord la Lune. La lune était bleue. Personnes parmi le petit peuple ne savait ce que cela signifiait mais une chose était certaine : ce n’était pas normal. Le silence ensuite. La montagne n’est pas un lieu silencieux même à cette altitude. Il y a toujours le vent qui siffle sur les pics, la glace qui craque, des pierres qui tombent,… Le silence était quelque chose d’inconnu pour les Sylphes et ça les effrayait. C’était comme si, tout à coup, le monde avait cessé de vivre. Et puis il y avait la neige. Etait ce à cause de la lumière étrange de la Lune mais qu’elle paraissait si bizarre ? Ce n’était plus un être inanimé et pourtant vénéré, non, c’était quelque chose de… vivant. Elle palpitait sous leur pas, se soulevait ou se creusait. Les maisons de glaces et de neiges résistèrent avec beaucoup de peine à ce séisme neigeux.

Un cri déchira la nuit. Le cri d’un nouveau né. La neige s’immobilisa et retrouva son immobilité. Mais elle n’avait plus la même forme. Peu après, le bruit revient. A présent, seul l’immense œil bleu de la Lune rappelait encore aux Sylphes ce qu’ils venaient de vivre.
Comme mût par une même volonté, ils se dirigèrent tous ensemble vers la maison qui accueillait le bébé. Curieusement, elle était intacte. Le Comité des Sages fut désigné pour aller aux nouvelles. Personne n’osait entrer. Le plus vieux s’appelait Ëanor. Il fut désigné pour être le porte-parole du Comité. Même les Sages peuvent avoir peur. Ëanor, lui, n’avait pas de crainte en lui. Il était trop vieux pour craindre quoique ce soit. Il entra donc. La mère était allongée dans un lit, le père à ses côtés. La petite fille, car c’était une petite fille, reposait calmement dans les bras de sa maman. C’était un havre de paix. Il lui sembla que les évènements de la nuit n’avaient pas atteint cet endroit. Malgré les questions que cette constations engendrait, il s’approcha du lit sans rien dire. C’est alors que le bébé ouvrit les yeux. Ëanor resta tétanisé sur place. L’iris de l’enfant était blanche cerclé d’un fin trait noir. De mémoire de Sylphe, jamais cette couleur n’était apparue dans des yeux. Le Sage recula d’un pas, effrayé. Cette petite avait un regard étrange qui le mettait mal à l’aise. Il tourna des talons et s’en fut sans voir le double regard étonné que les parents posaient sur lui.

Le Comité le pressa de question mais il secoua la tête sans rien dire. Il était profondément troublé.

Le lendemain, les parents présentèrent leur petite fille, qu’ils avaient nommée Fÿnne, aux autres habitants. C’était la coutume. Ils furent surpris par l’accueil légèrement froid et distant de leur semblable. Mais quand ils montrèrent Fÿnne, ce fut pire. La petite avait les yeux grands ouverts et chacun put voir leur couleur pas naturelle. Ce fut la panique. Les gens refluèrent en désordre.

A partir de cet instant, la petite famille vécu dans le plus grand ostracisme. Les autres refusaient de leur parler. Seul Ëanor venait les voir tous les jours et leur apportait ce dont ils avaient besoin. Lahana et Gylan, les parents s’adaptèrent tant bien que mal à cette situation mais pour Fÿnne, ce fut impossible. Elle avait besoin de contact avec des jeunes de son âge. Elle avait besoin de se défouler, de vivre. La présence de ses parents et du Sage ne lui suffisait pas, ne l’apaisait pas. Elle savait que c’était à elle que les gens en voulaient mais elle ignorait pourquoi. Enfin si, elle savait mais ça lui paraissait tellement ridicule qu’elle ne pouvait croire que ce fut ça. Il y avait autre chose, forcément. Mais personne n’éclairait sa lanterne
.

Histoire écrite par Ileyna Loïs, mercenaire du chaos de ce forum.
Merci de ne pas copier ce texte.

L enigme :




Mon développement peut vous paraître illogique parce que chez moi : l’accouchement arrive avant la grossesse ; l’adolescence avant l’enfance ; la course avant la marche ; l’écriture avant la lecture ; les devoirs avant les leçons et même la mort avant la vie.
Pourtant ma constitution a une logique… et la précède même.


Pour savoir la réponse, envoyé un MP à Ileyna.

Enigme écrite par Ileyna Loïs .

Le coin des lecteurs :


Ecrivez nous pour tous et rien. Vos questions, remarques ou propositions seront sélectionner et mit sur la gazette où nous y répondront avec plaisir.


Le concours :


Ecrire un texte, cohérent, de 75 mots (5 lignes sur Word) sans utiliser la lettre « a ».
Il y aura un vote et le gagnant remportera un prix !

Envoyez vite vos réponses par mp soit a Ileyna soit a Laouri ou bien a Eowyn.


Les potins :


Rubrique en construction nous n’avons pas le temps de lire tout les rp car nous ne sommes que deux !
Si vous êtes intéresser pour devenir rédacteur merci de nous envoyer un mp.



Les classements :


Pour peut être avoir la chance de monter sur le podium inscrivez vous par mp on différentes catégories: -fideliter (nombre de message)
- meilleur rp
-meilleur presentation
- meilleur avatar
- meilleur signature




voilà merci d’avoir lu la gazette de Gwendalawir !
Revenir en haut Aller en bas
 
La gazette (les numeros)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gazette de Mai
» La Gazette De Vesperae
» Articles Publiés dans la Gazette
» the GazettE
» Postes de la Gazette du Sorcier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Bienvenue à Gwendalavir ::. :: °Avant tout° :: •Administration•-
Sauter vers: