.:: Bienvenue à Gwendalavir ::.
/! FORUM FERMÉ /!

Désolé mais vous arrivez trop tard ^^'

Nous espérons refaire un forum similaire, si cela se fait finalement,
nous l'indiquerons en page d'accueil.

Merci de votre compréhension.

.:: Bienvenue à Gwendalavir ::.

Un monde où vous entrez dans la légende, un monde où vous redevenez vous même .... Dessinateur, Marchombre, Mercenaires du Chaos, Pirates Alines ou même rêveur : qui serez vous ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bienvenue à tous les Alaviriens ! Si vous venez de vous inscrire, présentez vous !
Forum ouverts aux améliorations : venez en parler dans le forum d'Administration =)
La Quête du Couple Céleste est encore d'actualité : venez y répondre =)

Partagez | 
 

 Présentation de Gilraën

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Présentation de Gilraën   Jeu 26 Aoû - 0:59


    Informations de base :

    NOM : Mithrandir

    PRÉNOM : Gilraën

    SURNOM : (facultatif) Surtout pas..

    ÂGE : 25ans
    SEXE : Fille

    RACE : Humaine

    GUILDE ET/OU FONCTION ET/OU CLAN : Marchombre

    _______


    Qui suis-je vraiment ? :


    CARACTÈRE : Gilraën est une sacrée demoiselle... Dotée de son petit caractère, voire même très grand, elle a tout pour parvenir à ses fins. Quand elle veut quelque chose, la plupart du temps elle l'aura. Née pour être marchombre de par ses principes, elle chérit sa liberté plus que tout au monde. Fière, et indomptablement sauvageone, elle donne du fil à retordre à tout le monde, et n'est pas compagne très recherchée. Son caractère éloigne bien vite tout les prétendants qu'elle pourrait avoir à cause de sa beauté. Ne se laissant vraiment pas marcher sur les pieds, à la limite de l'insupportable qu'elle atteint très souvent. Détestable, il suffit pourtant de savoir s'y prendre avec elle , de la respecter, et d'agir selon ses principes pour s'en faire une amie. Elle a très peu d'ami, voire pas du tout, mais lorsqu'elle a confiance en quelqu'un et qu'il peut porter le nom d'ami c'est pour toujours sauf trahison. Et il vaut mieux l'avoir pour amie que pour ennemie... En effet, elle fera tout pour un ami, au péril de sa vie elle peut protéger. Et inversement. Pour un ennemi, elle peut être vraiment dangereuse. Lorsqu'elle se met une idée en tête, difficile de le lui enlever, et si elle décide de tuer quelqu'un elle le traquera jusqu'à sa mort. S'il est difficile de la faire abdiquer sur ses positions et changer d'opinion il n'est toutefois pas impossible. Comme tout marchombre qui se respecte elle aime le silence et la solitude (moins que la liberté, of course), ne prêtant sa confiance que très rarement, jamais la donnant.. Elle ne veut rien devoir à personne, ne dépendre de personne, et ne s'attacher à personne. La mort de son mentor est bien trop ancrée dans elle et lui fait bien trop mal pour risquer une seconde fois d'aimer si c'est pour perdre...

QUALITES/DEFAUTS:
● Trop caractérielle, impulsive
● Ne respecte pas grand monde...
● Déteste l'échec
● Intolérante
● Végétarienne ce qui est, avouons-le, pas très pratique pour manger lors de long voyage..
● Égoïste, rancunière, et susceptible, elle ne laisse rien passer et oublie peu.

● Marchombre
● Charmante, mais cela peut aussi se mettre dans les défauts..
● Maîtrise l'art de l'épée, du tir à l'arc, du lancée de poignard, du combat à main nue..
● Vive, active, elle déborde d'énergie et son corps est habitué à peu de sommeil (enfin hého un peu quand même, c'est sacré!)
● Rusée comme un renard, elle décèle les pièges et les évitent avec adresse.
● Habituée à manger peu, un rien la nourrit.
● Le Rentaï lui a donné la possibilité de parler avec les animaux. Très proche depuis l'enfance avec ces derniers, le Rentaï a du le déceler en elle, et a voulu ou pu lui offrir plus.. Mais si elle peut les comprendre, et qu'ils peuvent les comprendre cela ne veut pas dire que tous désirent être son ami, cependant, cela la rapproche pas mal et crée un lien avec certains.
● Très proche des animaux, donc, il en va de sa manière de se comporter. Son allure a quelque chose de féline, ses mouvements souples, fait penser aux chats. Il lui arrive très souvent de feuler, se basant sur ses amis les félins. Enfin, elle ne marche tout de même pas à quatre pattes comme un animal..

    GOÛTS : (même commentaire)

● Portant bien trop de respect sur les animaux, elle n'en mange donc pas.
● Elevée dans un respect le plus profond, elle déteste les gens irrespectueux bien qu'elle ne le soit pas elle-même...
● Tuer pour le plaisir n'est pas dans ses cordes.
● Les gens faibles la révoltent jusqu'à les haïr
● Un trop pleins de puissance ne l'impressionne guère mais l'énerve.

    ________

    Mon aspect, mes petites spécificités :


    [IMAGE] DESCRIPTION PHYSIQUE :
    Plutôt petite, Gilraën ne dépasse pas les 1m60 mais cela ne la complexe pas le moins du monde. Fine, son corps possède la même force qui auréole sans cesse les marchombres, une force effrayante. Déterminée dans sa manière de se comporter, de marcher, ses amis marchombre qui pourrait l'analyser verrait que brûle en elle un feu de colère, et de danger qui pourrait éclater au moindre parole ou geste déplacé. Confiante et sereine dans ses mouvements, ses yeux verts, bleus et gris vont sonde dès qu'elle chope votre regard, et vous emprisonne jusqu'à ce qu'elle de vous relâcher. Sa chevelure doré retombe en cascade sur ses épaules, boucles blondes rebelles, s'accordant parfaitement à sa jument. Charmante et féminine, son corps est pourtant très musclé au niveau des mollets, bras et abdominaux, témoignant d'une certaine habitude aux combats, à l'escalade (arbres ou falaises), à la course à pied. La manière souple et silencieuse qu'elle a de se déplacer prouve qu'elle fait partie d'une guilde aussi discrète qu'efficace.


    OBJETS, ARMES : 6petits poignards fins, deux de chaque côté de ses cuisses, et un caché de chaque coté de ses mollets sous ses vêtements ou bottes. Une belle épée dont la lame fait tout son avant bras, tranchante comme les crocs des tigres. Un petit arc souple, dont la maniabilité est parfaite pour la jolie blonde, elle le connait tellement qu'elle pourrait tirer une flèche avec cet arc dans le noir, à l'envers, et d'une seule main..
    Une petite jument, fine et élégante, rapide et endurante, au pied sur, nommé Or, parce que sa robe vire à l'or pur au soleil. C'est un cadeau de son maître...

    DON SPÉCIAL : La communication et l'entente avec les animaux.


    ________


    [center]Mon histoire :
    (15 lignes minimum !)
    Ce n'est pas vraiment son histoire, mais ses souvenirs.
    « Il faut déjà être mystérieuse avec soit-même pour paraître mystérieuse aux yeux des autres... »

    Un réveil. En forêt. La nuit. Clignant des yeux, elle se découvre allongée au milieu de l'humus. La pleine lune éclairant l'endroit où elle se trouvait, elle put nettement distinguer des arbres autour d'elle, des centaines d'arbres à n'en plus finir. Pourquoi se trouvait-elle là? Fut la première question qu'elle se posa. S'asseyant elle comprit qu'elle était seule. Elle a 6ans, et elle est seule au milieu d'une forêt, la nuit.
    Se mordant le poing pour ne pas crier, et ainsi ne pas attirer l'attention sur les bêtes sauvages qui devait sûrement roder pas très loin, Gilraën ouvrit de grands yeux étonnés. Mais? Que faisait elle là? Au bot milieu des arbres.. D'une jungle plus particulièrement. Puis, elle se souvient. Comme des flashs qui lui revienne. Des chevaux, apeurés, qu'elle tente vainement de calmer, pas avec son moins d'un mètre, mais avec sa voix, claire, douce, chantante, que les chevaux connaissent. Pourtant même ses murmures rassurants ne les rassurent pas. La panique autour d'elle. Une volée de flèche. Sa mère qui lui dit de courir se réfugier dans la forêt... qui...
    Elle ferme les yeux, s'imagine la scène.

    « Chérie, cours. Cours! Toi qui cours si vite! Va, va dans la forêt, vite! Cache toi, le plus loin possible.. »


    Puis, voyant dans les yeux de sa fille une lueur de détresse, enchaine d'une voix pressée:

« Nous reviendrons, ton père ou moi, te chercher... Allez, pars. »
Sa voix se perd dans le tumulte de la bataille, un dernier regard, chargé d'amour et de tendresse, puis elle la voit s'enfoncer parmi les siens, prendre un arc avec maladresse.
Elle avait obéit pour une fois et était allée se cacher. La bataille qui avait éclaté sans prévenir l'avait tellement surprise qu'elle en avait perdu ses repères, et, courant à perdre haleine n'avait même pas réfléchit à la dernière phrase de sa mère, et n'avait pas agit en conséquence... Le plus loin possible, avait elle dit? Mais alors, comment son père ou elle allait elle la trouver? La forêt était bien trop grande, il n'allait pas la trouver.
Elle rouvre les yeux. Ses derniers d'un magnifique vert se noie de larmes. En sanglotant tristement, elle se mit à pleurer.
Plus tard, Gilraën se releva. La petite fille au visage d'ange, et aux bouclettes blondes se met en quête de découvrir ce qui l'entoure. Finit les larmes à quoi cela lui servirait de toutes façons? Cela ferait-il venir ses parents dans la forêt, la chercher, l'embrasser et la prendre dans leur bras?
La forêt. Lieu qu'elle a toujours adoré. Tout ces arbres, cette verdure, ce mystère qui y règne, les animaux qui y habitent. Endroit magnifique et purifiant à la fois. Habile, et agile, la petite grimpe dans un arbre, à branches basses. C'est peut-être la meilleure idée du jour... Alors qu'elle s'élève en haut, montant de branches en branches avec un souplesse étonnante, n'ayant conscience du danger, les mètres en dessous d'elle se multiplie. Enfin, après une courte escalade, car peu difficile elle arrive à la cîme. Une petite brise frappe son visage, faisant voleter ses cheveux dorés. D'ici elle a une vue imprenable. D'ici, elle voit les arbres d'en haut, bien qu'elle n'est pas prit l'arbre le plus haut de la jungle d'Hulm... D'ici, une sensation de puissance, d'indépendance et de liberté s'insinue en elle, qu'elle aura acquis à partir de ce moment et ne perdra jamais. D'ici, elle peut nettement voir le trait de fumée qui s'élève au loin. Pas si loin que ça d'ailleurs... Un km tout au plus. Elle reste un moment à fixer l'endroit, puis pousse un petit cri joyeux quand elle comprend que c'est là-bas qu'il faut qu'elle aille. C'est là-bas que sa famille doit l'attendre. Sa roulotte, ses chevaux Maya et Iris, qu'elle aime tant. De gros chevaux de traits. La nourriture, la chaleur, le confort... L'ambiance convivial. La liberté? Ce sera pour plus tard. Avec empressement, elle descendit l'arbre.
C'est la nuit qu'elle a oublié. La nuit qui emprisonne les couleurs, qui réduit la vue, et rend tout bruit suspect. Se fiant à son ouïe, et guider de la lune, la petite fillette traverse la forêt, une lueur d'espoir gonflant sa poitrine. Puis, comme elle n'est pas sûre de prendre le bon chemin, comme ces arbres se ressemblent tous.. Elle regrimpe. Et c'est d'arbre en arbre qu'elle continuera le chemin. Son chemin. Vers la vie.
Le jour se lève. Epuisée, écorchée, en sueur, ayant faim, trop chaud, et un trop plein d'émotion, Gilraën atteint la lisière du bois. Elle descend de l'arbre sur lequel elle était perché, le dernier arbre avant la découverte, avec une facilité étonnante, comme si elle avait fait ça toute sa vie.. Trainant des pieds elle se rend sur les lieux du massacre. Il n'y a pas d'autres mots. Des corps gisaient, des morceaux de bois, des restes d'armes, des chevaux démembrés, du sang, et, dominant le tout, un gros tas de cendres encore fumant, brulant les derniers planches de bois qui faisait office de roulotte avant.. C'était un vraie champs de bataille, atroce pour une petite fille de 6ans. Plus rien pour la guerrière accomplie qu'elle est devenue. Les larmes roulaient toutes seules sur ses joues rosies par la chaleur que l'entreprise des arbres avait rendu. Elle marchait au milieu des corps, les évitant, trébuchant dessus, reconnaissant ça et là des personnes qui furent amis, avant... Son regard parcourait partout, et, bien que sa vue fut floue à cause des larmes, elle put clairement voir d'autres corps un peu plus loin, mais de feu. C'était les pillards, morts que son clan avait réussit à tuer. Ils étaient bien peu en comparaison.
« Gilraën! Gilraën... Gilraën? »
Une voix qui l'appelait... Grave. Bien qu'elle soit en état de choc, elle se retourna d'un bond. Essuyant ses larmes du revers de sa main, elle aperçut... Son père. Qui sortait des fourrées . Ils se virent tout deux en même temps, et leurs visages s'éclaira d'une même lumière.
Les bras de son père, qui la retenait pour pas qu'elle ne tombe.. Sa voix, apaisante, lui murmurait des choses et d'autres que lui même ne comprenait pas. Elle comprit seulement qu'ils n'étaient pas seuls, Fjil le chef de la caravane et son frère, Azna, Yuki, et Mopyé étaient vivants aussi, sa mère non... ça il ne le dit pas, mais elle le compris.

Pas très loin de la Grande Faille, ils vécurent tous les deux. D'un commun accord ils n'étaient pas retourné dans leur village, près de Loutoubre de l'autre côté de la jungle près des Montagnes de l'Est. Cela aurait été trop étrange sans Saraya, sa mère...

La mer se jetait avec force sur les rochers de la falaise. De la Faille. Une mer glacée, mais Gilraën y était habitué, tout comme son père Tulive. Sur une plage, il était posé lui faisait coucou de la main lorsqu'elle se retournait. Ce qui était très rare. Jouant dans l'eau un instant, elle grimpa sur les rochers l'autre. Elle adorait les rochers. Elle y marchait dessus aussi facilement que dans les arbres, que par terre. Son corps, plus souple et élancé que 4ans auparavant, progressait pareillement sur les pierres que sur les branches. Elle avait confiance en elle, sachant qu'elle connaissait ce genre d'escalade c'était simple. Sautant, bondissant, elle s'amusait seule, mais s'amusant. Parfois , elle s'arrêtait, s'asseyait sur un rocher assez plat et, la tête sur les genoux, les bras entourant ses derniers, elle observait la mer. Son écume quand elle s'éclaboussait sur les rochers, ses vagues à sa surface, son étendu d'un bleu sans pareil ailleurs, son horizon, prouvant que la Terre est bien ronde. Magnifique et libre, tels étaient les mots qui la qualifiait. Elle se relevait alors et continuait sa progression, sous l'oeil vigilant de son père. Vigilance ou pas, ce n'était pas à son père de l'être mais à elle. La mer, trompeuse, avait mouillé le rocher sur lequel elle s'apprêtait à bondir, et, une algue y avait trouvé repos. Glissant dessus, Gilraën tomba la tête la première et dans l'eau, et sur un rocher. Perdant peu à peu la notion des choses, tandis que l'eau l'absorbait et que l'oxygène lui manquait, une douleur atroce lui brulait le haut du crâne. Les yeux ouverts elle vit son père qui la sortait de l'eau, et lui disait d'un ton faussement calme:
« Il faut toujours être sur le qui-vive ma fille, toujours prudente. Tu es forte et te débrouille sur les rochers, cependant, tu n'es pas invincible, ne te laisse pas avoir par la déconcentration, ne perd pas pied, reste là... »
Sa phrase à double sens, se finit en gémissement et se grava dans la mémoire de la blonde. Tandis qu'un sourire étirait ses lèvres, elle perdit connaissance.

Il ne lui restait aucune séquelle de ce petit accident, si ce n'est un changement d'attitude, et une perte d'un trop plein de confiance en elle.

C'était une belle jeune fille maintenant qui lui faisait face, un petit sourire insolent sur les lèvres, une lueur fière brillant dans les yeux, de la tenue dans sa posture. Elle était presque devenue impressionnante. Quand son père lui avait dit, le matin en la réveillant, un "
Joyeux anniversaire ma fille. Quatorze ans!" Et qu'il avait dit après "Suis-moi, j'ai une surprise pour toi", elle s'était méfiée. Elle se méfiait toujours des surprises. Car, connaissant désormais son propre caractère, elle savait qu'il était dur pour elle de fier les sentiments: joie lorsque déception a prit place, tristesse lorsque triomphe remporte... Plus tard, elle apprendrait à se former un masque de contrôle sur ses sentiments sur son visage, aujourd'hui, il était trop tôt, elle était trop jeune... Elle l'avait suivie de mauvaise grâce, c'était habillée en deux temps et trois mouvements. Mais la surprise dépassait de loin son bonheur. Une jument! Il lui offrait une jument! Belle tête, beau regard, couleur crème, bien qu'un peu ronde, elle était magnifique. Gilraën se tournait vers lui, grand sourire imprimé sur ses lèvres. Ne sachant dire quelque chose à la mesure de sa joie, elle ne put que demander:
« Quelle âge a-t-elle? »
Son père, petit sourire moqueur sur les lèvres lui répondit:
«Elle n'est pas encore née voyons..»
C'est là qu'elle comprit. Ce n'est pas la jument qu'il lui offrait, mais ce qu'elle portait! Un poulain! Qui allait naître dans quelques semaines! Les larmes lui vinrent aux yeux, elle enfouit son visage dans l'épaule de son père pour les lui cacher.
La naissance. Ce fut la première fois qu'elle vit quelque chose d'aussi beau. Malgré la souffrance qu'elle ressentit comme si c'était sienne pour la jument qui accouchait, le bonheur lui obscurcissait la vue, faisant inutilités toutes choses autour. Lorsqu'un petit museau foncé sortit, elle ne put retenir un petit cri. D'abord la tête, ensuite les deux antérieurs, puis vint tout d'un coup. Les yeux embués, Gilraën contemplait le spectacle du premier contact mère-fille, ne pouvant s'empêcher de penser à sa mère, morte avant qu'elle n'est pu vraiment la connaître. N'étais-ce pas bête d'aimer quelqu'un que l'on a jamais prit vraiment le temps de connaître? Les premiers pas de la pouliche chassèrent ses pensées noires, le hennissement aigu et joyeux la fit sortir de ses rêves. Ou cauchemars, éveillées. Quelques minutes plus tard, il trottinait, puis galopait à travers la prairie, aux côtés de sa mère.
Lorsque, deux mois plus tard, la pouliche eut son premier contact avec l'homme, ou plus particulièrement sa maîtresse: Gilraën, qu'il lui sentit la main, et l'observa dans les yeux, le contact était fait, scellé, la complicité crée. Complicité présente encore aujourd'hui, plus que jamais.


« Papa. J'ai des choses à te dire. »
Les mots, prononcés avec une sorte de gravité inhabituel, firent sursauter le père en question. Il planta son regard bleu pâle dans ceux de sa fille, les trouvant avec frayeur d'une détermination sans nom.
«J'ai 16ans désormais. Je... J'ai décidé de quitter la demeure pendant... un certain temps. Je désire partir à la capitale.
- De quoi.. à Al-Jeit?

- Oui, papa, la capitale. »

Il en était tout déboussolé. Prenant une grande goulée d'air, il parvint malgré sa surprise à poser la question suivante sans bafouiller:
« Tiens donc? Et pour y faire quoi?
- Y construire ma vie. Je ne vais pas la passer à tes côtés.
- Quelle drôle d'idée...
»
Loin d'être bête, elle avait bien comprit que son père avait peur, peur pour elle, qu'elle parte maintenant. Il avait comprit, elle s'en rendait compte, qu'il ne pourrait la faire changer d'avis, alors il n'essaya même pas, sachant qu'il allait manquer d'arguments, et gâcher du temps. Le temps est précieux, disait-il toujours, ne l'utilisons pas pour rien. Alors, il attendait, les yeux plantés dans les siens, en apparence tranquille et serein, en profondeur, terrorisé et étonné.
« J'ai Or, elle me permettra de traverser l'empire plus rapidement, et plus facilement. De plus, tu m'as apprit à me battre, et je tiens tête au garçon le plus fort du village, je pense pouvoir me débrouiller.
- Sans aucun doute.
»
C'est tout. Il n'y avait rien à ajouter. Elle avait préparé ses affaires, elle n'avait pas grand chose de très précieux. Dans son sac, une couverture très chaude, une gourde remplie d'eau fraiche, un licol pour Or, des vêtements de rechange. Il se dirigea vers un bureau en bois d'acajou, ouvrit un tiroir, en sortir une épée dans son fourreau. Il lui tendit. C'était à son tour d'être étonnée. Elle bafouilla:
« P..pour moi?
- Il y a t-il quelqu'un d'autre dans la pièce.
- C'est un cadeau pour le moins imprévisible. Je te remercie papa d'amour.
Elle venait de dire ça avec une moue d'enfant faite exprès, puis elle marqua un temps d'arrêt. Elle est très... Elle est magnifique.
- Magnifique ou pas, elle est surtout très tranchante. Elle m'a appartenu, il y a bien longtemps, lorsque j'étais guerrier à la recherche d'aventure. Il me semble que c'est ton tour aujourd'hui, elle te revient de droit. Prends en soin.
- Au revoir Papa. Les mots ne suffisent pour te dire combien je tiens à toi.
- Je n'ai pas besoin de mots, tes yeux parlent pour toi..
- Les tiens aussi.
»
Elle avait dit ses derniers mots presque avec méchanceté, brusquement. Mais c'était sans s'en rendre compte. Son père, la connaissant bien n'y prêta guère attention. Quand elle partit, à dos de sa jument, au petit trot sans se retourner qu'une seule fois et de lui offrir un dernier sourire, il se dit même que ces trois derniers mots et leur ton avec lequel ils avaient été prononcé traduisait son caractère, son répondant et donc, sa durée de vie dans ce monde si cruel. S'il fallait que se fier à ça, elle allait survivre longtemps sa petite fille.


Durant son voyage se dressa qu'une seule ombre: deux brigands qui cherchaient à voler. La nouvelle épée accroché à sa taille eut sa première utilisation: elle ne tua pas, mais blessa suffisamment un des deux pour que les deux détalent comme des lapins. Son arrivée à Al-Jeit, son arrivée dans la ville du commencement de sa vie, fut pareil que pour tout le monde.. Elle resta scotché devant tant de beauté. Puis, s'y habitua. La vie citadine, elle eut beaucoup de mal à s'y faire, mais, curieusement, elle qui aimait tellement la nature, elle y resta tout de même. Malgré les nombreuses promenades à dos de sa tumultueuse Or, elle revenait toujours. Elle s'était trouvé un bouleau: serveuse en premier lieu. Puis, dans les beaux quartiers d'Al-Jeit, vendeuse de vêtement. Enfin, démonstratrice dans un magasin d'armes... Ce dernier l'enchantait. Toute la journée, elle montrait au client comment se servir d'un arc, d'une épée... Bien peu payée, elle s'en fichait. Son coeur semblait lui ordonné de rester dans cette ville, et tous les soirs, perché sur des toits de plus en plus haut, il lui disait d'attendre. Alors, elle attendait.

Quelqu'un. Nul part et partout à la fois. Quelqu'un était là. Elle sentait son regard sur elle, ressentait sa présence à ses côtés.
Figé sur un toit, elle s'accroupit, réflex aussi immédiat qu'inutile. La présence était toujours là. Gilraën, méfiante, descendit doucement et silencieusement à terre. Impression fugace, toujours présente mais que l'on refuse d'écouter, doute. La nuit tombera alors et les heures passent.
Visitant une partie de la ville qu'elle ne connaissait pas, la jeune blonde âgée de maintenant 18 et quelques ignorait qu'elle était mal fréquentée et dangereuse. Un souffle chaud derrière sa nuque, une brise froide ensuite, et entre les deux:
« Attention! Derrière toi... »
Un instant elle resta figé, surprise. Puis, fit volte-face d'un seul bond. Juste à temps pour éviter un coup de sabre qui aurait put lui être fatal. Dégainant son épée, et se mettant en biais, en position évidente de combat, elle fit face à l'inconnu qui avait osé en vouloir à sa vie.
Ce fut son premier mort. Le coup mortel lui échappait, alors qu'elle le menaçait de la pointe de son épée, elle menaça trop, et en même temps que l'épée qui s'enfonçait, le sang jaillit. Il l'avait mérité après tout...
Cette fois-ci, après qu'elle eut essuyé son épée sur la tunique du cadavre, la sensation que quelqu'un l'épiait disparu. Pour laisser place à un vrai regard planté dans le sien. Sortit de nul part, deux yeux noisettes l'observaient tandis qu'il avançait vers elle. Elle fit de même, ses yeux vert pâle fixé sur lui, elle le détaillait. Assez grand, les cheveux châtain foncé mi-long, vêtu d'une combinaison de cuir noir. Même des yeux aveugles aurait pu voir l'auréole de puissance qui émanait de lui. De son pas souple, silencieux et fluide, il avait tout l'air inexistant. Pourtant, Gilraën savait qu'il lui faisait face; avec une tranquille assurance, décontracte malgré la scène de carnage qu'il avait dû voir, sachant donc ce qu'elle savait faire, et un demi sourire sur les lèvres. Son visage fin et pointu reflétait de longues expériences. Alors qu'il se trouvait à deux pas à peine, la jolie blonde ne perdit pas face, ne cillant pas, elle vit en lui le reflet de ce qu'elle serait plus tard, telle qu'elle s'était imaginé.

« Je suis Tanéo Lyyant.
- Vous êtes surtout l'ombre qui veille sur moi depuis des jours.
»

Un silence accueillit sa réplique. Qu'elle ne rompit pas.

« Je suis un march'Ombre. »
Les mots avait résonné dans la poitrine de la blonde, et son rythme cardiaque s'accéléra. Il avait dit ça comme pour donner une explication.

« Je peux te donner la possibilité de ne plus avoir besoin de cette ombre. »

Le coeur de la jeune fille semblait crier au milieu de sa poitrine, comme pour dire: voilà, tu n'as plus besoin d'attendre, c'est finit.

Lorsque Tanéo avait dit ça, ses yeux brillaient. Comme une réponse, deux yeux verts pâle se mirent à scintiller à l'unisson.

L'épreuve de l'Anh Ju passé, le Rentaï avait chanté pour elle, et lui avait murmuré de douce parole. Son chant résonnait encore dans sa poitrine quand elle se retrouva au pied de la falaise. Le retour se fit sans encombres. Elle ne savait pas si elle avait obtenu la greffe, quoi qu'il en soit, ce moment au sommet de la falaise était unique, et, greffe ou pas, elle avait vraiment eu l'impression d'être une march'Ombre, une vraie. Quand elle passa par une forêt, elle croisa un brûleur. Il se retrouvèrent face à face. Sortant ses poignards, Gilraën se mit à parler, calmement , naturellement. Quand elle vit ses oreilles pointé vers l'avant, et ses yeux s'étrécirent de curiosité, elle comprit que le Rentaï lui avait donné l'occasion d'agrandir cette complicité qu'elle avait avec les animaux.

« Je ne suis pas une proie, brûleur, tout comme toi je suis un prédateur. Regarde moi, ai-je l'air d'être faible? Si tu décide de me tuer, tu ne te respecteras pas, car tu auras tuer simplement pour le plaisir, je ne te suis pas comestible. En plus de cela, tu ne t'en tireras pas indemne. Je ne suis pas une ennemie, brûleur, nous pouvons être amis. Joignons-nous, combattons côté à côté au lieu de se combattre entre nous.. »
Un temps passa. Long. Très long. Indéterminable. Puis, pour toute réponse, il s'inclina, eut un grognement de répit, puis lui lança un regard entendu. Enfin, il fit demi tour, laissant une Gilraën sans voix, mais heureuse et reconnaissante du pouvoir des march'Ombres.

« Apprends moi à aimer Tanéo. »
Deux yeux noisettes se posèrent sur elle, interrogatifs.
[/b]« Explique le fil de ta pensée, jeune apprentie.
- Et bien.. Je n'ai confiance en personne, je... ne me fie à personne. A part toi, qui est digne de mon intérêt? Qui pourra m'arracher un sentiment autre que du mépris, ou... De la haine. Ne suis-je pas faite pour vivre seule jusqu'à la fin de mes jours? Je ne connais pas la nécessité de voir des gens, de leur parler, de rire. Je ne peux , et n'ai pas envie de m'attacher, à quoi cela sert-il alors que je peux les quitter à tout instant? La mort peut m'arracher les seuls êtres qui ne sont pas inutiles à mes yeux. La mort m'a arraché les seuls êtres en qui j'avais confiance. D'abord ma mère, puis mon père, ensuite Hilio, mon ami avec lequel j'ai sympathisé et vécu, et peut-être c'était plus que de l'amitié. Mort à cause d'une maladie. N'est ce pas injuste?
»
Le march'Ombre ne répondit pas, elle n'avait pas besoin de réponse.

« Ne suis-je pas en train de m'éloigner de la voie en pensant qu'il est inutile d'avoir des amis?
- Au contraire Gilraën tu y est plus loin que tu ne le pense. Cependant, n'oublie pas que la solitude c'est un très bon sentiment, un des maitres-mots mais l'amitié est chère aussi.
»

Du bout des doigts, il traça dans la poussière du toit sur lequel ils étaient perchés, à Al-Poll:
Sensation de bien être avec quelqu'un,
Confiance et respect dont l'on a besoin,
Amitié.
Larmes aux yeux, elle comprit.

Yeux dans les yeux, mains dans les mains, maître et élève s'observaient. Gilraën venait de le combattre, pieds enchainés, une main accrochée derrière le dos. Elle avait comprit alors que blessée, mourante, enchainée, humiliée, seule, entourée de milliers de personnes, suspendue dans le vide, sous l'eau, meurtrie, elle était march'Ombre quoi qu'il arrive. Quand il avait deviné qu'elle en était certaine, il avait coupé ses liens, et ses yeux avait parlé pour lui. Pourtant, la jeune fille de 21ans n'avait pas bougé, alors il lui dit, d'une voix douce:

« Tu es bel et bien libre ma Gilraën. Tu ne dépends plus de moi, plus de personne.
- Je ne t'oublierai jamais.
»
Lui avait t-elle répondu seulement.
Il s'éteignirent. Comme deux amants perdus; tristesse dans les yeux. Avec un demi sourire, il s'enleva de l'emprise de ses mains. Ils étaient en haut d'un arbre: dans un endroit que tout deux adoraient donc. D'une pirouette, elle bondit dans le vide, et atterrit en roulade avant. Jetant un dernier regard vers lui, elle lui offrit un sourire lumineux. Comme celui qu'elle avait offert à son père lorsqu'elle l'avait quitté.
Chevauchant Or, quelques minutes plus tard, elle pleurait.


Un an plus tard, ils se revirent. Il était là, comme l'attendait, sur leur toit à Al-Poll. Lorsqu'ils se virent, Gilraën se mordit les lèvres. Puis, dans un commun accord, l'embrassa sur la joue.
« ça faisait longtemps.
- Trop longtemps Tanéo.
- Il faut que je t'avoue quelque chose. Les ennuis que j'avais cru éliminé il y a deux ans viennent de reprendre.
»
Elle leva un sourcil. Une bande de voyou lui en voulait. Parce qu'il avait sauvé devant les yeux de son élève une jeune fille, boulangère, sans défense qu'ils avaient tenté de violer. Pour la défendre, il avait dû en tuer un pour repousser les autres. Il fallait croire qu'il était tombé sur le chef, et depuis ce jour toute la bande le haïssait. Une fois, comme vengeance ils avaient voulu s'en prendre à Gilraën. Un combat s'était suivis à deux contre 10. Deux march'Ombres contre 10 lascars. Elle était persuadé qu'ils étaient tous morts. Il faut croire que non. Un avait du n'être que blessé.

[/b]« Et donc?
- Je te préviens c'est tout.
»

Il resta mystérieux. A tel point qu'elle s'en inquiéta. Et un soir le suivit. Ce même soir, il fut encerclé. Les voyous avait reprit du poil de la bête, sûrement étais-ce la famille.. Et de nouvelles recrues. Dans le tas elle reconnut la démarche souple de quatre mercenaires du chaos. Ces voyous avaient dû avoir quelques contact, et avait dénoncé son maître. Dans un hurlement de rage, elle s'élança dans la bataille, au côté de son maître. Malgré leur prouesse, et leur finesse au combat, ils étaient trop nombreux. Quand enfin tous furent repoussés, ou tués, Gilraën s'écroula, manquant de sang. Tournant la tête vers Tanéo elle s'aperçut qu'il était en bien pire posture qu'elle. Impuissante et abattue, elle ne put rien faire, à part essayer de stopper l'hémorragie d'une blessure ouverte à l'abdomen.

[/b]« Ne t'inquiète pas, je l'ai tué ce crétin d'envoleur qui m'a fait cette vilaine blessure, tu n'auras à pas te venger... Pas la peine d'espérer ma belle, je la sens se vider, je la sens partir..
- Que.. Qu'est ce que tu sens partir Tanéo?
- Ma vie, enfin... Je t'ai connue plus perspicace. A moins que tu refuses de comprendre..
»


Elle prit son visage dans ses mains, ses yeux noisettes ne brillaient plus de l'éclat qu'elle lui connaissait. Un petit gémissement de terreur et de tristesse franchit ses lèvres tandis qu'un sentiment de frustration, fureur et chagrin s'emparait d'elle, elle le refoula, le laissant pour plus tard.


[/b]« Je te remercie Tanéo Lyyant, de tout ce que tu as fait pour moi. Tu as été un exemple, un guide, une raison d'être vraiment moi...
- Et toi tu as été une lumière pour moi... Qui a éclairé ma vie, et en a donné un sens.
- Tu... tu vois, toi aussi tu me quittes... Je ne dois pas m'attacher je..
- Chuut.. Je suis désolé, Gilraën... Ne te sens pas perdue, tu es... march'Ombre.
»

Sensation d'abandon,
Coeur se gonflant de tristesse, au bord des lèvres mais reconnaissance infinie,
Mort du maître.

lui écrit-elle avant qu'il ne ferme les yeux, et meurt.
Elle hurla, et pleura beaucoup. Puis, elle l'incinera et, du haut de leur toit fit s'envoler ses cendres au vent pour qu'il puisse, une dernière fois, jouer avec lui...

    _________


    PREUVE DU REGLEMENT* : Validé by Lily

    COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? J'en cherchai un sur Gwendalavir Smile

    IDÉE D'AMÉLIORATIONS ? : Le fond peut-être? It's all.

    REMARQUES : EDIT Puis-je avoir eu le frère de Sayanel comme maître? Qui est mort à l'heure qu'il est (Paix à son âme).



Dernière édition par Gilraën Mithrandir le Lun 30 Aoû - 2:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lily Tiger
Nos chers Admins
Nos chers Admins
avatar

Nombre de messages : 2169
Age : 23
Race : Humaine
Guilde : Marchombre
Date d'inscription : 06/08/2009

Feuille de personnage
Âge: 18 ans à présent
Don: La greffe : des griffes d’argents à la place de mes ongles ...

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Jeu 26 Aoû - 15:41

Bienvenue Gilraën !

Alors j'attends ton histoire avec impatience ton histoire mais je te précise que le code n'est pas bon =/

Sinon, il faudrait aussi penser à mettre un avatar (tu as une signature c'est déjà bien x')

Dans l'ensemble sinon ça va : bonne chance n_n

_________________ Signature_________________

"La voie des marchombres est l'harmonie. Leurs compétences ne reposent sur aucun Don tombé du ciel et ils n'ont donc aucune limite." d'Ellundril Chariakin.

Nous sommes au bord du gouffre, avançons donc avec résolution.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuen-majutsu.forumactif.com/index.htm
Thowind Kil' Muirt
Nos chers Modos
Nos chers Modos
avatar

Nombre de messages : 1403
Age : 23
Race : Humain
Guilde : Sentinelle
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Don: Dessin

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Jeu 26 Aoû - 18:15

    Je te souhaite à mon tour la bienvenue, humble modérateur que je suis !
    Une présentation soignée et respectant le formulaire, un style vraiment agréable, propre, fin et correctement orthographié, j'aime ça !
    J'espère lire très prochainement ton histoire et tes futures créations de rp Wink

    Donc, pour la validation : j'attends vivement l'histoire et je confirme qu'il va falloir farfouiller encore un peu le règlement pour le bon code, comme Lily l'a fait remarquer =)
    Au passage ! Je crois qu'il est grand temps de le changer, ce code. Il me semble un peu trop complexe à dénicher. Lily, il faut que l'on en façonne un autre, tout aussi original et surtout plus simple. Ton avis ? (Réponds-moi par mp, s'teuplé)
    En ce qui concerne l'avatar, je ne m'inquiète pas, en voyant la signature Wink Mais ne l'oublie pas ! :p

    Cependant, ce n'est pas tout.
    Il faudra régler quelques petites choses dans ta présentation :

    - Je n'ai rien contre la greffe en rpg, je trouve normal que la plupart des joueurs souhaitant incarner un Marchombre ne puissent s'en passer. Mais au bout d'un moment, je trouve que cela fait beaucoup de Marchombres très jeunes à avoir obtenu la greffe (tu es la troisième du forum, et ça me semble beaucoup). Pourrais-tu faire vieillir un peu ton personnage, par souci de logique ? Réussir l'Ahn-Ju et atteindre l'accrord suprême du Rentaï demande tout de même de longues années d'entraînement ; la moyenne est de trente-quarante ans. Les Maîtres Marchombres ne sont pas tous des Ellana ou des Ellundril, légendes-nées =)
    - C'est tout ce que ton personnage a en qualité que l'on pourrait rajouter dans la liste ? Elle doit avoir sûrement d'autres charmes que "le combat à l'épée", ou son côté "charmant", tu ne penses pas ? Elle est maline, et opiniâtre, par exemple, il me semble Wink
    - En ce qui concerne les goûts, notre formulaire de présentation réclame une liste similaire à celle des qualités-défaut. C'est-à-dire : on souhaiterait la liste nominale ou qualificative de 1) ce qu'elle apprécie 2) ce qu'elle n'apprécie pas en deux énumérations distinctes, comme la tienne, dans les qualités-défauts.
    - La couleur or pur d'une robe de cheval ne fait pas un peu cliché ? Dorée-orangée me semble plus logique Wink
    - Pourrais-tu inverser nom de famille et prénom dans ton pseudo ? Cela facilitera la tâche des joueur à te nommer.
    - Et sinon, sa greffe a-t-elle un rapport, proche ou lointain, avec le pouvoir des Rêveurs ? Le soin des blessures d'autrui par la volonté me semble uniquement accessible aux Rêveurs. En vérité, le pouvoir de Gilraën de soigner ses propres blessure m'apparaît logique pour une greffe, mais pas la capacité de soigner les autres... (une greffe s'applique à son possesseur uniquement et est entièrement incluse dans le corps et l'ADN. Les capacités par "aura" ou par "volonté pure" sont impossibles ; soigner quelqu'un d'autre n'est donc pas une greffe, la régénération interne, oui.)
    Mais on peut tout de même l'accepter, surtout si tu as eu le fair-play de préciser que le soin réclame beaucoup d'énergie. Une source ? Un paradoxe avec le Dessin ? Un mélange Greffe-Rêve ?

    Merci d'avance d'avoir pris le temps de recevoir mes remarques et d'avoir corrigé Wink

_________________ Signature_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-oreedepoudlard-rpg.forumactif.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Jeu 26 Aoû - 19:57

Alors alors, tout d'abord merci de votre bon accueil Very Happy

Lily > Pour l'avatar, je suis une grosse mer** en graphisme donc cela risque de prendre pas mal de temps, surtout que celui que l'on m'a fait est un peu trop.. osé. Mais j'y arriverai. Question code je croyais vraiment que c'était celui-là, il y a marqué ça! Mais je vais entreprendre de faire des recherches plus.. profondes Smile ça tombe bien j'aime chercher les codes, ça me montre l'originalité du fo' surtout si il est bien caché

Thowind > Je vais changer mon âge dans ce cas-là pas de problème! 25 ans, ça va? Cela voudrait dire que j'ai commencé mon entrainement à 18ans c'est raisonnable, non?
Maligne? Elle l'est Wink Razz
La greffe, après mure réflexion, je vais la changer de toute façon ^^ Par contre... Je peux vraiment pas gardé ma petite Or? Sad
Revenir en haut Aller en bas
Thowind Kil' Muirt
Nos chers Modos
Nos chers Modos
avatar

Nombre de messages : 1403
Age : 23
Race : Humain
Guilde : Sentinelle
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Don: Dessin

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Sam 28 Aoû - 11:23

    Tu as très bien pris compte de mes demandes Wink Merci à toi !
    - Tu peux garder Or sans problème, si cela te tient à coeur, cela ne m'ennuie pas du tout Very Happy Je n'arrvais pas à imaginer la couleur de la robe du cheval se changer en une couleur Or, c'est tout, mais tu peux bien entendu conserver le nom. (il est très original, au fond Smile)
    Tu peux avoir le frère (imaginaire) de Sayanel. C'est une bonne idée Wink

_________________ Signature_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-oreedepoudlard-rpg.forumactif.com/forum.htm
Lily Tiger
Nos chers Admins
Nos chers Admins
avatar

Nombre de messages : 2169
Age : 23
Race : Humaine
Guilde : Marchombre
Date d'inscription : 06/08/2009

Feuille de personnage
Âge: 18 ans à présent
Don: La greffe : des griffes d’argents à la place de mes ongles ...

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Sam 28 Aoû - 12:27

Bon et bien, je pense avoir vérifié l'essentiel et que Thow est resté assez attentif pour tout reglé x') Merci !

Donc bienvenue : tu es un membre à part entière du forum et une Marchombre qui j'espère sera présente parmi nous =)

_________________ Signature_________________

"La voie des marchombres est l'harmonie. Leurs compétences ne reposent sur aucun Don tombé du ciel et ils n'ont donc aucune limite." d'Ellundril Chariakin.

Nous sommes au bord du gouffre, avançons donc avec résolution.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuen-majutsu.forumactif.com/index.htm
Narcissa Ril' Malrha
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 502
Race : Humaine
Date d'inscription : 26/10/2009

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Don: Combat

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Dim 29 Aoû - 16:59

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Lun 30 Aoû - 1:52

Enfin, j'ai bel et bien finit mon histoire. Tu peux re-locker! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Elandili
A nos amis partis mais encore présent dans nos cœur xD
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 25
Race : demi-faël
Date d'inscription : 26/08/2009

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Don: Concerne les arbres passeurs

MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Ven 3 Sep - 23:54

Je ne t'es pas encore souhaité la bienvenue Gilraën!

Que signifie ton prénom, il me semble que "Gil" signifie étoile?

« Je peux te donner la possibilité de ne plus avoir besoin de cette ombre. »
J'adore cette phrase ^^

au fait, commence pronnonce tu Marchombre,
marche-ombre ou mark-ombre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   Sam 4 Sep - 12:09

Marche-ombre.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Gilraën   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Gilraën
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Bienvenue à Gwendalavir ::. :: °Avant tout° :: •Présentations• :: • Fiches Validées •-
Sauter vers: